LES CLÉS DU PREE, LE PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

LES CLÉS DU PREE, LE PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

Cette semaine, le Conseil des ministres a approuvé un arrêté royal réglementant le programme d’assainissement énergétique des bâtiments (EREP), un plan de 300 millions d’euros visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments construits avant 2007, qui créera en même temps de nouvelles opportunités commerciales pour les installateurs professionnels.

Dans cet article, nous expliquons les principaux aspects de ce nouveau programme d’aide, coordonné par l’Institut des économies d’énergie et de la diversification (IDAE), qui s’inscrit dans le cadre des politiques de relance économique COVID-19 de l’Union européenne, basées sur la transition énergétique et la numérisation.

  1. quand le CERP a été lancé
    Après approbation par le Conseil des ministres, chaque Communauté autonome doit publier son appel à candidatures, y compris la date limite de soumission des candidatures. En tout état de cause, elle ne pourra jamais être postérieure au 31 juillet 2021.

Dans ce lien, vous pouvez vérifier la situation de l’appel dans chaque Communauté autonome.

Les 300 millions d’euros disponibles pour le PREE seront répartis entre les régions en fonction du nombre de premières maisons existantes (l’aide peut être étendue, nous vous recommandons donc de consulter le site de l’IDAE sur cet appel à candidatures).

  1. A qui il est adressé
    Les appels à candidatures publiés par chaque région sont ouverts aux associations de propriétaires, aux communautés d’énergie renouvelable et aux communautés d’énergie citoyenne, aux propriétaires individuels de bâtiments, qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales, aux groupes de propriétaires de bâtiments, aux exploitants de bâtiments, aux locataires ou aux concessionnaires, aux entreprises ou aux fournisseurs de services énergétiques, ainsi qu’aux autorités locales.
  2. Quels types d’installations seront subventionnés dans le cadre du PREE ?
    Les actions éligibles au titre du PREE sont divisées en trois types :

Amélioration de l’enveloppe thermique du bâtiment :LES CLÉS DU PREE, LE PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE


Amélioration des installations d’éclairage
Amélioration de l’efficacité énergétique des installations thermiques (chauffage, climatisation ou production d’eau chaude sanitaire).
Substitution de l’énergie conventionnelle par l’énergie solaire
Substitution de l’énergie conventionnelle par l’énergie géothermique
Substitution de l’énergie conventionnelle par la biomasse
Installation de pompes à chaleur
Installation de systèmes domotiques, de surveillance et autres systèmes numériques pour une meilleure gestion et une réduction de la consommation.

  1. Quels bâtiments relèvent du programme
    Les actions doivent être réalisées sur des logements, des immeubles ou des maisons individuelles, ou des bâtiments (sanitaires, administratifs, éducatifs ou culturels) construits avant 2007. Sont donc exclus les nouveaux bâtiments, les installations qui entraînent une extension de la surface bâtie ou celles qui entraînent un changement d’affectation du bâtiment.
  2. Quelles sont les exigences auxquelles doivent répondre les installations
    Il doit être accrédité que la rénovation pour laquelle la subvention est demandée améliorera le classement énergétique total du bâtiment d’au moins une lettre mesurée sur l’échelle des émissions de dioxyde de carbone (kg CO2 /m2 par an), par rapport au classement énergétique initial du bâtiment.
  3. Quel est le montant de l’aide accordée au titre du PERE ?
    Le montant de l’aide PREE sera de 35% du coût de l’action, sauf dans le cas de l’amélioration de l’efficacité énergétique des installations d’éclairage, où l’aide sera de 15%. Dans le cas où il est décidé de subventionner les rénovations dans les logements individuels, le pourcentage sera de 25% dans le cas des enveloppes et des installations thermiques, et de 15% dans le cas de l’éclairage.

Dans le but d’inciter à des actions plus efficaces, une amélioration est établie pour les demandes qui font passer le bâtiment à l’étiquette énergétique “A” ou “B”, sur l’échelle CO2, ou qui augmentent de deux lettres l’étiquette énergétique initiale. Idem pour la rechercher et le repérage de fuite.

Dans le même ordre d’idées, les actions intégrées sont également encouragées, c’est-à-dire celles qui entreprennent des améliorations dans deux ou plusieurs typologies. Dans ce cas, l’amélioration par rapport au pourcentage initial sera de 20% maximum, pour autant que les conditions établies par l’arrêté royal soient respectées.

  1. Quel est l’objectif du programme ?
    Ce programme d’aide vise à contribuer à la réalisation du Plan National de l’Energie et du Climat (PNIEC) 2021-2030, dont l’objectif est que, à la fin de cette décennie, 74% du système électrique soit d’origine renouvelable. En même temps, elle contribuera à la stratégie à long terme (ELP), actuellement en cours de consultation publique, qui fixe la voie à suivre pour que l’Espagne atteigne la neutralité climatique en 2050, c’est-à-dire qu’elle émette la même quantité de CO2 que celle qui est éliminée par d’autres moyens, ce que l’on appelle l’empreinte carbone zéro.